[Que sont-ils devenus ? – Episode 1] Thierry Debard : « L’Académie, une école de la vie »

Premier épisode de notre nouvelle rubrique « Que sont-ils devenus ? » avec Thierry Debard, ancien élève de l’Académie pendant 3 ans et actuellement en licence STAPS au Canada !


Bonjour Thierry, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Thierry Debard, j’ai actuellement 21 ans. Je détiens un Baccalauréat ES. Je suis une formation STAPS, où j’en suis à ma troisième année en échange au Canada. J’ai la chance de pouvoir toujours pratiquer le football à bon niveau au sein de l’université. Les séances d’entraînements, régulières, y sont particulièrement intenses.

Combien d’années es-tu resté à l’Académie ?

Je suis resté 3 ans à l’Académie, j’y suis rentré en seconde à l’âge de 15 ans, et je l’ai quitté suite à l’obtention de mon Bac à 18 ans.

Pour quelles raisons es-tu venu à l’Académie ?

Plusieurs raisons justifient mon arrivée au sein de l’Académie. Tout d’abord le fait de jouer au football quasiment tous les jours, à un niveau bien supérieur que dans mon club de l’époque. Le fait d’être encadré par des coachs très compétents a été forcément également quelque chose d’attrayant pour moi.

De plus, rejoindre l’Académie était synonyme d’internat, car j’habite à plus d’une heure d’Issy-les-Moulineaux, et donc de maturité et d’affirmation de moi-même. Valeurs que l’Académie cherche à véhiculer et à développer chez ses jeunes.

Qu’est-ce que ton expérience à l’Académie t’a apporté ?

Forcément, l’Académie m‘a fait progresser d’un point de vue footballistique, notamment en faisant découvrir une nouvelle philosophie, basé sur la possession du ballon. Ces trois années m’ont permis de développer des habiletés, parfois négligées dans mon club. En tant que gardien de but, j’ai énormément amélioré mon jeu au pied. Cela me permet d’avoir aujourd’hui un avantage sur mes concurrents.

L’Académie m’a également fait grandir en tant que personne. A mon arrivé, j’étais un garçon très timide et introverti, assez en retrait. A la fin de ma terminale, j’étais un jeune homme beaucoup plus affirmé et plein de confiance. Un changement que mes parents, mes professeurs ainsi que mes entraineurs ont tous constaté.

Ceci a été possible grâce à l’Académie, en nous responsabilisant auprès des plus jeunes par exemple.

Thierry occupe le poste de gardien de but

Quel est ton meilleur souvenir à l’Académie ?

Mon meilleur souvenir est sans hésiter un tournoi de futsal à Bretigny lors de ma dernière année. Cette journée s’est très bien déroulée et nous avons très bien joué. Si bien que nous avons été félicités par les coachs et les joueurs adverses. De plus, le retour en bus à Issy-les-Moulineaux fut génial, avec une ambiance formidable.

Si tu devais résumer ton passage à l’Académie en 3 mots ?

Respect ; Famille ; Entraide.

Que dirais-tu à un jeune qui est intéressé pour rejoindre l’Académie ?

Il faut foncer ! C’est très certainement l’une des meilleures décisions que j’ai prise car l’Académie est, au-delà d’une simple structure footballistique, une véritable école de la vie.

As-tu gardé contact avec l’Académie et/ou tes anciens camarades ?

Oui, bien sûr. J’ai récemment réalisé un stage à l’Académie dans le cadre de ma formation universitaire. De plus, je fréquente la même fac que certains anciens camarades de l’Académie. Enfin il arrive de tous se retrouver ponctuellement pour jouer un grand match de foot entre nous, pour prendre du plaisir et pour se remémorer les bons souvenirs partagés ensemble.

Avant

Après

Que fais-tu aujourd’hui ?

Actuellement, je suis dans la ville de Sherbrooke, au Canada dans le cadre d’un programme d’échange étudiant, où j’étudie au sein de l’école de Gestion. Cette année doit me permettre de valider ma L3 management du Sport et donc d’obtenir une double diplomation. Je joue toujours au football grâce au championnat universitaire.

Quels sont tes projets pour les années à venir ?

Suite à cette année, je souhaiterais continuer mes études jusqu’à un Master évènementiel sportif au sein de l’université d’Orsay Paris-Sud. L’un de mes objectifs serait de travailler sur l’organisation d’une ou plusieurs épreuves des Jeux Olympiques 2024 à Paris.

Thierry a gardé contact avec l’Académie. Il participe par exemple chaque année à La Diomède Cup en tant que bénévole